Réunion de Campagne N°3

Réunion3

 

 

 

Une cinquantaine de Mensoises et de Mensois au rendez-vous…

RéuPub30

La communauté de communes du Trièves xxxRéuPub31

Un budget de 8.400.000 euros qui fait apparaitre un déficit prévisionnel de 600.000 euros dont la moitié est structurel. Les charges augmentent alors que les ressources baissent.

Notre communauté de communes ne couvre plus ses charges annuelles par les ressources qu’elle encaisse. Ceci fragilise la situation et oblige à puiser sur les réserves antérieures, mais celles-ci ne sont pas inépuisables. Il faudra sans doute s’attendre, si les chiffres annoncés respectent bien le principe de la sincérité budgétaire, à une augmentation de la pression fiscale dans un avenir proche, car il est des économies de fonctionnement des services en dessous desquelles il n’est pas possible de descendre.

 

RéuPub33

Selon la nouvelle loi électorale, sur les 15 candidats au conseil municipal de la liste MENS ENSEMBLE,

les 6 premiers sont aussi candidats au conseil communautaire comme titulaires

et les 2 suivants comme suppléants.

 

Parmi les domaines de compétence de la communauté de commune seuls quatre d’entre eux seront abordés au cours de la soirée. Jean-Paul Mauberret, vice-président à la culture, rappelle brièvement que la CDC vient en aide aux 48 associations culturelles du territoire avec un budget culture de 400 000 € (4,7% du total).

LE PÉRISCOLAIRE et LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

RéuPub34

Françoise Streit rappelle que la CDC ne gère que 8 écoles du Trièves, 65% des enfants scolarisés ; certaines communes ayant choisi de garder la compétence école.

A la rentrée de septembre 2014, les élèves des écoles maternelle et élémentaire travailleront de nouveau le mercredi matin, tout en gardant le même nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire. Les cours finiront donc à 15h30. Les bus scolaires restent eux calés sur l’horaire des collégiens et partent à 16h30.

La CDC doit donc organiser des activités complémentaires de 15h30 à 16h30.

Des volontaires parmi les personnels des cantines, de l’entretien, des ATSEM (Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles) et de la MEJ (Maison de l’Enfance et de la Jeunesse) ont été recensés. Certains de ces personnels possèdent déjà le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur). Les autres suivront une formation de 3 jours. Les contrats à temps partiels de ces agents devront être rallongés, d’où un coût supplémentaire.

Ces activités se feront dans les locaux des écoles et ne sont pas obligatoires (puisque hors temps scolaire).

RéuPub35

Ces activités seront-elles payantes ?

Plusieurs hypothèses à l’heure actuelle :

- La gratuité totale.

- Ne pas imposer de paiement aux familles « contraintes », celle habitant hors de Mens, dont les enfants doivent attendre le bus.

- Un paiement minime pour tous, 5 à 10 euros par an (appelé à augmenter dans le futur ? ).

 

Myriam Garayt souligne les points sur lesquels les candidats de la liste MENS ENSEMBLE seront particulièrement vigilants :

- Une alternance des activités demandant une grande concentration avec d’autres plus ludiques.

- Une concertation entre élus et enseignants, déjà en place, continuée.

- Un bilan du fonctionnement mis en place avec les personnels et les réajustements nécessaires au plus tard à la Toussaint.

- Une attention particulière sur la formation du personnel qui s’occupera des enfants.

- La proposition d’une tarification dégressive et au quotient familial si la participation financière des familles s’avérait nécessaire.

 

LES GESTION DES DÉCHETS

RéuPub36

Hervé HUGUENY s’appuie sur le « RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D’ÉLIMINATION DES DÉCHETS » de 2012, car le rapport concernant 2013 ne sortira qu’en avril 2014.

Il rappelle que les Trièvois produisent environ 249 kg de déchets (poubelle grise) par an et par habitant (moins que la moyenne nationale d’environ 300 kg), auxquels s’ajoutent 284 kg en déchetterie (plus que la moyenne nationale d’environ 200 kg) et 78 kg dans les bacs de tri sélectifs (verre, papiers & journaux, emballages plastique & métal). Pour ces derniers déchets, le Trièves et Mens sont parfois meilleur élève que la moyenne de la nation et parfois moins bon. Pour résumer : il y a une marge de progrès évidente !

Le traitement des déchets est un budget indépendant des autres dépenses de la CDC. Il se monte à 1,35 millions d’euros par an, financé par une redevance annuelle de 148 euros. Il dégage un excédent de 90 000 euros, réinvesti dans le renouvellement du matériel.

L’objectif des conseillers communautaires de Mens est d’arriver à diminuer la production de déchets à l’échelle de la commune et du Trièves, en s’appuyant sur un large panel d’action possibles, ou l’on peut trouver par exemple :

- Une sensibilisation des habitants, des professionnels, des triévois qui ont des besoins de santé spécifiques (diabétiques par exemple, qui ont la possibilité de mettre les déchets de soins -DASRI- dans des petits conteneurs à apporter à la déchetterie) par les médias locaux triévois ou communaux existant (JT, TUM, sites internet)… et aussi des enfants (plus sensibles et porteurs d’avenir), potentiellement par le biais des ateliers périscolaires.

- La mise en place d’une redevance incitative consistant à payer selon le poids des déchets produits. Un des principes techniques applicable en territoire rural comme le Trièves consiste à comptabiliser les sacs déposés dans les « moloks » (exemple à La Poste), grâce à une carte magnétique personnelle et des couvercles de « moloks » munis de tambours comptant les passages. La redevance est alors composée d’une base forfaitaire minimale (comprenant un certain nombre de passages de sacs poubelle), à laquelle s’ajoute un montant calculé en fonction du nombre de sacs déposé au cours de l’année.

Cette tarification incitative est appliquée un peu partout en France avec de bons résultats.

On peut ainsi citer la commune de Manspach, en Alsace, où en 10 ans la masse des ordures ménagères est passée de 370 kg par habitant à 77 kg en prônant la réduction à la source et en mettant en place le système de collecte à la pesée.

Une étude sur le bien-fondé de la mise en place de cette redevance incitative, sur l’ex CDC de Monestier de Clermont a déjà été faite mais n’a malheureusement pas été suivie de mise en application. »

LES TRANSPORTS

RéuPub37

Ce domaine des « transports » pourtant étroitement lié à notre mode de vie ne fait pas partie d’une des compétences de la Communauté de Communes du Trièves , et pourtant les déplacements, la mobilité à l’intérieur de notre commune, du Trièves, vers les territoires voisins, ou pour ceux qui en viennent, rythment notre vie quotidienne.

La voiture est reine : elle représente plus de 80% de notre mode de déplacement triévois (diagnostic SCOT).

S’occuper de l’habitat, de l’aménagement du Territoire : compétences de la Communauté de Communes du Trièves, c’est donc aussi se mêler de nos besoins en matière de déplacements.

Aujourd’hui, les habitants du Trièves et de Mens, hormis leur voiture personnelle, ne disposent principalement que de deux offres de service public : la liaison ferroviaire Grenoble/Veynes financée par le Conseil Régional et Bus Mens/Grenoble financée par le Conseil Général de l’Isère.

Une politique « mobilité et déplacements » initiée par la Communauté de Communes du Trièves consistera à mettre autour de la table les deux opérateurs publics : Conseil Général et Conseil Régional pour coordonner leur offre et proposer par exemple une liaison bimodale navette/train, aller/retour avec un seul ticket de transport.

Cette capacité à prendre des initiatives de mise en relation d’opérateurs privés et publics sera la nôtre, dans le droit fil des préconisations et des pistes déclinées dans l’Agenda 21 du Trièves, une mine d’idées validées en 2007 et qui dorment sur les étagères de la Communauté de Communes du Trièves.

 

LE TOURISME / LA PROMOTION DU TOURISME

RéuPub39

Claude Didier présente notre constat : la promotion du tourisme de la CDC privilégie le tourisme blanc et bleu en négligeant le tourisme vert. Mens Ensemble n’a rien contre le ski à Gresse et à l’Arzelier ni contre les activités nautiques du barrage de Monteynard, mais constate que le fait d’avoir choisi une communication touristique du Trièves avec le massif du Vercors néglige le tourisme d’accueil (diffus, doux) dans l’ensemble du Trièves.

Quatre exemples sont donnés :

Le projet de route du bois de la Maison du Mont Aiguille Vercors Trièves n’a pas été soutenu par la CDC. Alors que ce projet nécessitait 133 000 € pour son lancement, financé en grande partie par l’Europe et par d’autres structures, et que la CDC ne devait contribuer qu’à hauteur de 3 500 euros pour débloquer les autres fonds, elle ne l’a pas fait ! Or ce projet s’appuie sur le potentiel touristique de chaque canton du Trièves et donne du sens à la présence touristique sur notre territoire.

Les subventions pour l’association Trièves tourisme sont insuffisantes (passées de 130 000 à 20 000 € en quelques années), au détriment notamment de la foire de la transition, jusqu’alors portée par cette association, et alors que cette foire s’ouvre, par ses visites, à l’ensemble du Trièves. Agnès Leclercq, présidente de Trièves Tourisme, présente dans la salle, confirme les difficultés de l’association.

La commission tourisme de la CDC n’est pas ouverte à l’ensemble des acteurs touristiques du Trièves, quelques-uns seulement sont cooptés.

L’uniformisation du montant de la taxe de séjour, après la fusion des trois communautés de communes, a été faite avec insuffisamment de concertation, ce qui a fragilisé des structures d’accueil.

RéuPub38

Des propositions sont faites, présentées par Jérôme Descombes :

- Élargir les compétences de la CDC en matière de tourisme : pas seulement la promotion mais aussi l’animation.

- Une commission tourisme ouverte à l’ensemble des acteurs touristiques, permettant une réelle concertation.

- Une évaluation de l’efficacité de la politique de promotion touristique de la CDC : quelles retombées pour les acteurs du tourisme, pour les hébergeurs ?

- S’inspirer des propositions de l’Agenda 21.

- Favoriser les actions permettant d’attirer des touristes tout le long de l’année, en multipliant les événements et non en subventionnant largement un grand événement, comme la fête du Bleu.

 

***

Pour finir et en réponse à l’auteur d’un blog bien connu,

Jean-Paul Mauberret conclura la soirée en rappelant que MENS ENSEMBLE est une liste sans étiquette et qu’élu Maire de Mens,

il se consacrera entièrement à la commune et ne sera pas candidat à la présidence de la Communauté de Communes.

***

... ...

Home

Ma force ,c'est vous m... |
Saintryensemble |
Bien vivre à Norrent- Fontes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aniche, agir avec vous!
| Atlaspol
| Avenirdevermenton